Barcelone : bateau sur l’eau…

Une fois n’est pas coutume, je vais vous raconter mes vacances. Non, je plaisante. Je vais vous parler de la bonne idée que j’ai eue pour notre séjour de 4 jours à Barcelone : loger dans un bateau.

Grace au blog  le rose et le noir  (merci encore à son auteure de nous faire partager ses expériences de voyage ), j’ai découvert Airnb, un site de location entre particuliers. Le principe est simple : proposer à la location son appartement, sa maison, sa chambre, son phare (si si je vous promets) son château et donc son bateau.

Lorsque nous avons décidé de partir en Espagne (il faisait tout gris, il pleuvait a seau depuis 8 mois –comment vous avez deviné que je suis à l’ouest ?), pour découvrir Barcelone, j’ai tout de suite pensé à ce site pour éviter l’hôtel un peu impersonnel, peu commode avec les enfants. (Ceci dit je crois que les enfants ont préféré de tout notre séjour catalan l’hôtel Ibis Styles de Toulouse, chambre particulière avec télé et paquets de bonbons de bienvenue – ah les traitres d’hôteliers – mais c’est une autre histoire)

Je me suis donc lancé à la recherche de la perle catalane. Rapidement, au fil de mes clics, entre guide des quartiers, avis mitigés et dizaines d’annonces, j’ai rapidement compris que ça n’allait pas être une partie de plaisir. Excentré ou aux pieds des sites touristiques ? Clim ou pas clim, studio ou 2 chambres, tendance ou classique, vue sur cour, ascenseur, des critères en veux-tu en voilà. Heureusement, une fois que j’ai rentré mes dates (mi juillet, pleine saison) la liste s’est réduite comme peau de chagrin. Mais quand même il me restait bien une centaine de logements possibles.

Alors que je commençais sérieusement à me demander si finalement l’Ibis de Toulouse n’était pas une jolie destination (surtout que libre à la période demandée), l’annonce de ce bateau est apparue sur mon écran. Je l’ai parcourue rapidement, me disant que c’était certainement au dessus de nos moyens. En plus, Port Olympico, on n’en disait pas grand chose dans mes guides (il faut dire aussi qu’en lisant plus tard les bios des contributeurs, j’ai appris que l’un d’entre eux habitait Paris 18ème  et écrivait de là haut, ceci explique peut-être cela). Un peu par désœuvrement, je regarde le calendrier de disponibilités et je constate qu’il est libre. Je lis donc plus attentivement l’annonce et je vois qu’il peut héberger 4 ou 5 personnes. Je continue avec les avis et justement, une famille de 4 a laissé un avis très complet et plutôt positif sur le bateau. (Au calme, mais proche en métro du centre et plutôt frais). Et cerise sur le bateau (pour le jeu de mots je m’excuse comme dirait Bénabar), le prix est le même que pour un appartement. Je contacte par mail la propriétaire, et dans les 10 minutes, toutes les réponses à mes questions. Banco, j’ai réservé dans la foulée, me disant qu’au pire, nous n’avions que 4 nuits à y passer.

Nous voici maintenant le 15 juillet, à notre arrivée. Oui je vous le fais à l’américaine, à la française, vous auriez eu droit à toute la préparation des bagages (où SONT LES SLIPS PROPRES??!!), à notre départ (t’es sure que t’as bien fermé à clé ?  Mais pourquoi tu pleures ? Elle a oublié sa DS… Ah non on ne fait pas demi tour. Ok t’as bien refermé à clé ?) et même aux 800km de voyages (mais pourquoi le GPS « y » dit qu’on est à 4h de Barcelone alors qu’il reste 100km ? Pinaise, il fait pas l’international).

Bon donc après ces épuisantes péripéties, nous avons atteint sans encombres le port de plaisance de Barcelone sur la foi d’une carte touristique de 10 sur 10cm et avons attendu notre hôte. Mikel, c’est son nom, est arrivé à l’heure,  il était grand, athlétique, bronzé, dents blanches (je pense que mon mari a espéré qu’il n’était pas très sympa), TRES sympa. Il nous a conduits au bateau et c’est là que la bonne idée s’est muée en mini catastrophe pour moi : j’avais oblitéré le fait que pour aller sur le bateau, il fallait franchir une passerelle, aussitôt rebaptisée le pont de la mort. Jugez plutôt :

passerelle

Non, je n’ai pas dit riez plutôt ! Je vous fais grâce du nom du bateau qui n’était pas pour apaiser mes craintes. Elle a l’air inoffensive comme ça, mais regardez mieux : 2 mètres de long, surmontés de petites roulettes qui glissent gentiment jusqu’au bord, aucune rampe digne de ce nom, 50 cm de large, et 1,50m au dessus de l’eau. Elle a tout l’air d’une planche de condamnée sur un bateau pirate non ?

C’en était trop, j’étais prête à renoncer et dormir dans la voiture laissant ma couchette à mes enfants. Mais Mikel a traversé comme un chat, il était grand, athlétique, bronzé… Je me suis mise  en apnée et le plus dignement possible, alors que j’étais en miettes à l’intérieur, j’ai franchi l’obstacle avec brio (non, en fait sans rien, fallait pas en plus me demander de porter un truc). J’aurais bien fait une danse de la joie, mais une fois de l’autre côté, j’ai compris que j’allais devoir repasser autant de fois que nécessaire ce foutu truc branlant . Argggggghhhhhh

Les enfants étaient ravis eux et ont fait rapidement ami ami avec la passerelle.  Je reconnais qu’il me faut plus de temps pour construire une amitié solide (environ 10 ans )  nous sommes donc restés polis l’une envers l’autre, l’entente cordiale, sans plus. Je ne la malmenais pas, elle me laissait passer sans me balancer à l’eau. Et ça a plutôt bien marché, j’ai survécu au bateau sans un plongeon.

passerellebis ma fille en action

Donc une vraie bonne idée d’hébergement si vous venez à Barcelone (car oui c’était si calme le soir, une belle vue, un clapotis léger pour nous bercer, une fraicheur et de l’air par goulées entières) mais je vous suggère un entrainement régulier avant votre séjour si vous n’avez pas le pied marin (une planche de 50 cm de large et 2m de long, entre 2 chaises bancales) pour passer l’épreuve du pont de la mort.

Publicités

8 réflexions sur “Barcelone : bateau sur l’eau…

  1. Je dis BRAVO ,car moi je serai restée de l’autre côté .La passerelle ………….NON !!

    • 🙂 . Je vais tenter la passerelle d’avion, mais là, c’est pas la traversée qui m’inquiète c’est plutôt l’avion :-p

    • Même à quai ? Sinon, une petite tente 2 secondes devant la passerelle et zou. Et comme ça, tu as un garde rien qu’à toi 😉

  2. Ahhhh ça me rappelle notre mini croisière en mai 2010 sur un affluent de la Saône pendant 3 jours, un pur délice !

    • nous n’avons pas bougé de notre quai pour notre part et ça me convenait parfaitement 🙂 . Mais je pense un jour aussi tenter le canal du midi, dont le calme m’attire.

  3. Ah, ce Mikel te ferait faire des prouesses ! Il était blond, il était beau..il sentait pas le sable chaud ?
    Dommage qu’il n’y ait que 5 places sur son bateau…à moins qu’il en ait une chez lui, il faudrait que je me renseigne 😉

    • je me demandais qui t’étais toi ! :-p il a certainement pleins de place dans son pub de l’autre côté de la marina, mais ça sera un peu plus bruyant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s