Cette année sera ra-tio-nnelle

322499_minimalizm_-vsyo_-v-odnom_1920x1200_(www.GdeFon.ru)S’il est bien un verbe que je ne comptais pas employer de sitôt, c’est bien celui-ci : rationaliser. Il faut croire pourtant que je ne suis pas la seule. A l’instar de la blogosphère des couturières me made / fait main / home made / fait maison sur laquelle commence à fleurir de nombreux projets de rationalisation de garde robe (ici par exemple).

L’idée vient d’un constat simple : elles cousent mais portent peu ou pas du tout ce qu’elles cousent. Car souvent les réalisations ne leur correspondent pas. Sauf que les patrons sont à la mode, ou bien que le tissu était trop beau ou à l’inverse pas du tout, ou encore le défi technique était trop motivant alors que la pièce à coudre ne faisait pas partie de leur garde robe habituelle. (J’ai cousu ce genre de vêtements qui ont alimenté un très court temps mon premier blog. Puis j’ai stoppé pour toutes ces raisons.)

Et bien ce constat peut être élargi à tous les loisirs créatifs aujourd’hui (dans le monde occidental de manière générale) nous ne cousons ni ne créons par réelle nécessité, mais parce que c’est agréable. Nous ne créons pas de nos propres mains ni ne recyclons pour réellement réduire les déchets, produire moins ou faire des économies car les matériels que nous utilisons reviennent chers et il en faut souvent de nouveaux car l’objet à créer le nécessite.

A lire donc ces initiatives de rationalisation, je me suis sentie concernée car si la couture m’occupe trop occasionnellement pour que cela ait un impact (si nous passons sous silence le placard dédié à tous ces tissus inutilisés) la tendance du DIY (entendez le fais –le-toi-même) elle,  me touche de plein fouet. Mon grenier regorge de tous les vestiges d’activités manuelles que j’ai faites, ainsi que tous les matériels possibles et imaginables pour les réaliser. Je me suis dit qu’il était grand temps de rationaliser ce pan de ma vie créative.

J’ai réfléchi sur les types d’idées que je réalisais et je les ai classées grossièrement en 3 catégories :

  •  Les idées à faire avec les enfants : elles nécessitent peu de matériel en général, c’est souvent ludique et rapide à faire. Cependant, elle envahissent l’espace car je ne sais pas « jeter » ce qui vient de mes enfants. De plus je conserve des matériaux trop vieux en regard de leur âge. Les gommettes, clairement, je peux les recycler ils n’en feront plus.
  •  Les idées design : ce sont celles que j’aimerais avoir chez moi, par dizaines, elles sont souvent belles (mais peu utiles) : la prolifération de tutoriels destinés à vulgariser ces idées pour  les adapter à un niveau facile nous encourage à nous lancer. Pas forcément compliquées à réaliser, elles demandent souvent d’acheter un matériel précis assez cher ou alors de conserver pendant 10 ans les 2000 bouchons nécessaires à sa réalisation.  J’ai la même chance qu’au loto de matérialiser vraiment ces idées un jour, car d’ici 10 ans mes goûts auront évolué.
  • Les idées qui en jettent : les plus traitres, elles nous prennent par la vanité. La patience ou l’opiniâtreté que ces idées requièrent, leur extrême originalité nous attirent car c’est une sorte défi à nous-mêmes. J’en ai un exemplaire (mon abat jour en cocotte de papier) qui m’aura coûté un WE de pliage (8h quasi non stop) et certainement l’aggravation de mon épicondylite.  Souvent ces réalisations une fois révélées au monde entier et après des acclamations méritées retournent dans l’ombre et l’exploit s’estompe rapidement.  (Bon ceci dit je l’utilise, il est accroché dans mon dressing et la marraine de mon fils s’en est inspirée pour faire 2 lampes de lecture.)

Toutes ces idées m’envahissent, m’encombrent, parfois seulement Pinterest et c’est un moindre mal, mais plus souvent mes tiroirs, mes placards, mes armoires et mon esprit. Toutes ces idées que je liste indéfiniment, tous ces trucs à faire tout le temps me bouffent. Et même une fois réalisées, quand je pense qu’Oscar Wilde avait raison puisque je me suis débarrassée de la tentation en y cédant, elles continuent de m’encombrer,  car au final je me rend compte que comme pour les vêtements que l’on coud, cela ne me ressemble pas. Pour la postérité une photo sur le blog et pour l’éternité dans un tiroir au fond d’une commode.

Alors que c’est hier en faisant mon cœur en papier patchwork ( accroché au dessus de mon bureau 😉 )  que j’ai compris quels critères je devais suivre lorsque je sélectionnerai mes prochaines réalisations pour répondre à ma volonté de rationaliser :

  • Une idée simple : avec le matériel dont je dispose, qui ne comporte pas un nombre d’étapes  délirant, et qui si possible peut se réaliser dans un laps de temps court (tout ce que je ne finis pas le lendemain, je le finis rarement).
  • Une idée qui répond à un besoin réel : c’est-à-dire que j’utiliserai, que j’accrocherai si c’est purement esthétique et non à une envie subite qui a coup sûr se sera évanouie quelques jours plus tard.
  • Une idée qui me correspond : à mes goûts à mon intérieur, à ma vie. Oui la crédence en capsules de bouteilles de bière, c’est super top…mais pas chez moi. Oui le salon, la table, le lit en palettes, c’est vraiment une chouette idée vertueuse mais  ce n’est pas mon style au quotidien.

En quelque sorte savoir renoncer à la tentation (Oscar, dehors ! ) quand l’un ou l’autre de ces 3 critères simples n’est pas rempli. Et vous, vous avez aussi envie/besoin de rationaliser des trucs chez vous ? Des idées à partager ?

Bon je vous laisse j’ai un truc à faire 😉

Publicités

2 réflexions sur “Cette année sera ra-tio-nnelle

  1. Je porte tout ce que je réalise, mais je suis peut-être moins dispersée car je fais seulement du tricot et du crochet en plus des petites activités informelles avec notre fils que j’instruis en famille.

    Cela dit, parfois, je suis tentée par un ouvrage, car il me permet d’apprendre une technique ou de l’approfondir. C’est donc un support d’apprentissage et d’exploration.

    • Je suis arrivée à la même conclusion, il est des ouvrages qui relèvent du défi et il faut le voir comme tel, ainsi je ne le déclinerai pas car il y a une grande différence entre apprendre une nouvelel technique et finalement utiliser au jour le jour des techniques de base 🙂 . Merci de ton passage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s