L’éloge de la lenteur du désencombrement

control_panelA plusieurs reprises par le passé je me suis laissée emporter par mon ardeur de tri et de rangement. A l’époque, je pensais organisation et non simplification.

J’ai donc eu une première période tri /poubelle/don active. Avec la conséquence que je ne mesurais pas : dans mon sac poubelle, des produits entamés qui auraient pu être terminés. Un sac de don (habits majoritairement) non analysé au-delà du simple critère de portabilité ou envie.

Au bout du compte, un an après, je me retrouvais dans la même position. Ce qui n’est pas durable. J’ai appris entre temps par exemple que le marché des vêtements d’occasion des pays occidentaux envoyés en masse dans les pays émergents a un effet pervers que je n’imaginais pas : submergés par ces dons, l’économie du pays en pâtit en empêchant une mode et une production locale de vêtements de se mettre en place. J’ai donc reporté mes efforts en amont de mes achats pour n’acquérir que des pièces utiles et adaptées.

J’essaie aujourd’hui de n’acheter que d’occasion, ce qui est utile et durable. J’échoue pourtant, car le pendant de ce comportement est de penser qu’en 3 coups de paires de ciseaux par exemple, je pourrai transformer ce chemisier en top à ma taille et mes goûts. Oui sur une pièce, mais pas toutes celles que j’achète qui finissent immanquablement par ré envahir ma penderie.

Côté produits d’hygiène, de lavage ou de beauté (souvent offerts, et pourtant je ne me maquille pas !), j’ai décidé de jeter  ceux  dont je n’arrive même plus à me souvenir quand je les ai achetés,  terminer ceux entamés et donner les conditionnements neufs.

Depuis que je m’engage avec une plus grande conscience de mes gestes dans la simplification et le désencombrement, j’ai compris qu’il me faudra du temps pour faire sortir tout ce dont je n’ai plus l’utilité. (Et combattre en même temps ce qui va inévitablement rentrer.) .

Un désencombrement massif non réfléchi aurait plus de conséquences négatives sur le changement que je souhaite voir : trop de poubelles, trop de vêtements, du gâchis etc.

Je me donne jusqu’à la fin de l’année pour arriver à un désencombrement durable. Un peu à l’instar de régimes, 1kilo qui part en un mois a moins de chance de revenir que celui perdu en 1 semaine.

J’ai comme l’intuition que c’est le temps écoulé qui va également m’aider à bâtir mes réponses et mes pistes sur un but ultime à poursuivre…

lecture inspiration

http://www.collectorsweekly.com/articles/could-the-clothes-on-your-back-halt-global-warming/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s